Monthly Archives

janvier 2017

J’ai découvert The Judge sur…une photo de profil Facebook. Mon amie Emmanuelle avait été l’un de ses modèles et je me souviens l’avoir harcelée pour qu’elle nous mette en contact. A l’époque, j’étais en 3ème année de Communication et mon projet de fin d’année était humblement de créer une agence digitale spécialisée dans l’accompagnement des artistes.  Entre photo et peinture, j’ai trouvé que le portrait d’Emmanuelle faisait transparaître sa personnalité, jusque dans les moindres détails. Je voulais en savoir plus et j’ai enfin pris mon courage à deux mains pour proposer à The Judge de participer à mon projet. Bon, ça ne s’est pas fait, parce qu’en fait ce que j’ignorais, c’est que Juliette is a big deal, le genre d’artiste dont tu as déjà vu le travail quelque part, mais qui est elle même si discrète que son originalité parle avant elle. Qu’à cela ne tienne, j’ai commencé à suivre de près son Art, à tel point que j’ai voulu avoir moi aussi mon portrait, par The Judge.

Se faire tirer le portrait est pour beaucoup une démarche spontanée. Pour moi, ça relevait véritablement du défi, comprenez-le, je ne laisse pas n’importe qui me prendre en photo. Personne ne se trouve dans ma tête pour connaître les petits défauts que j’aimerais cacher, alors j’ai très longtemps eu un blocage vis à vis de mon image. J’ai réfléchi 1000 ans avant de contacter The Judge. Je n’ai jamais regretté d’avoir sauté le pas, parce que la réalisation de ce travail (qui a été commencé il y a un an maintenant) s’est faite très naturellement. Lorsque vous contactez The Judge, s’instaure une atmosphère d’écoute plus qu’une simple transmission de brief marketing froid et dénuée d’humanité. L’artiste laisse la place à Juliette, une femme comme on mérite d’en rencontrer plus souvent. Juliette est compréhensive, affirmée, et écoute du bon son, ce qui a été un super bon point pour détendre l’atmosphère pendant mon shooting maison. Elle est attentive à nos petites insécurités, à ce qu’on peut percevoir comme des failles, et essaie au mieux de les sublimer pour nous aider à les accepter, à les regarder d’un autre oeil.

J’ai du mal à définir sa technique comme de la peinture, et selon elle,

« Les Adjugés font partie d’une série personnelle de portraits, mettant en scène ma vision de la personnalité profonde du sujet, en mélangeant technique photographique et picturale. La réalité photographique ne suffit pas, il faut lui ajouter de la matière, de l’imprévu, une touche manuelle…

Après un parcours artistique passant par le décor de théâtre et de peintre de Trompe l’Oeil, j’ai toujours convoité de mêler mes savoir-faire dans un même projet, afin de pouvoir m’exprimer plus librement, et d’accéder aux univers éclectiques qui m’attirent. Les Adjugés me permettent de réunir dans un même élan mes deux amours que sont la photographie et la peinture. Le but est aussi de refuser que la technique numérique soit une fin, mais de l’utiliser plutôt comme un moyen d’expression parmi d’autres. Travailler avec le plus d’ingrédients personnels possible, pour obtenir un résultat unique. »

Source.

En découvrant ces photos je me revois telle que j’étais il y a un an, dans une bataille interminable contre ce qui aujourd’hui se résume à…moi même. Moi et mes kg en trop, bien plus sûre d’elle pour faire que pour être. J’ai fait bien du chemin, depuis. Et c’est ce à quoi je faisais allusion dans mes voeux pour 2017 : Oser exploser toutes les limites superficielles que l’on s’impose, et sortir de sa zone de confort. Je vous assure, un autre monde se trouve de l’autre côté du mur. Pour en revenir à ces portraits, je suis évidemment très heureuse de voir le résultat, mais ce qui me met le plus en joie est de réaliser que finalement, j’étais déjà sur la voie de ma transformation. La transformation vers un moi plus affirmé, libre de certains dictats, parce qu’on est comme on est et qu’il faut l’accepter pour se fixer de nouveaux objectifs. Merci à Juliette pour sa patience et son dévouement, et merci à moi, because i did it !

Rendez-vous sur Hellocoton !

 

On a passé la nouvelle année de plusieurs jours, et pourtant hier c’était quand même Noël, enfin, un peu. C’était le Noël des copines, celui qu’on utilise en prétexte pour discuter en buvant du bon vin, s’inviter à diner et surtout s’offrir des petites choses significatives. Le premier d’une longue série qui a eu lieu dans le super appart’ de mon amie Barbara (la jolie fille aux redlips en tablier gris). Enormément de fun et de discussions libératrices ponctuées de fous rires, pile ce qu’il fallait pour clôturer notre semaine de partiels.

lenoeldescopines_ohdna-fr_8768lenoeldescopines_ohdna-fr_8775 lenoeldescopines_ohdna-fr_8782 lenoeldescopines_ohdna-fr_8785 lenoeldescopines_ohdna-fr_8786lenoeldescopines_ohdna-fr_8788 lenoeldescopines_ohdna-fr_8793 lenoeldescopines_ohdna-fr_8795 lenoeldescopines_ohdna-fr_8797 lenoeldescopines_ohdna-fr_8798 lenoeldescopines_ohdna-fr_8806 lenoeldescopines_ohdna-fr_8811 lenoeldescopines_ohdna-fr_8816 lenoeldescopines_ohdna-fr_8820 lenoeldescopines_ohdna-fr_8831 lenoeldescopines_ohdna-fr_8835 lenoeldescopines_ohdna-fr_8839 lenoeldescopines_ohdna-fr_8848 lenoeldescopines_ohdna-fr_8859 lenoeldescopines_ohdna-fr_8869 lenoeldescopines_ohdna-fr_8873 lenoeldescopines_ohdna-fr_8876 lenoeldescopines_ohdna-fr_8881 lenoeldescopines_ohdna-fr_8887lenoeldescopines_ohdna-fr_8787 lenoeldescopines_ohdna-fr_8891lenoeldescopines_ohdna-fr_8936 lenoeldescopines_ohdna-fr_8959Merci Barbara !
lenoeldescopines_ohdna-fr_8772

Rendez-vous sur Hellocoton !
1 2 Page 1 of 2