Monthly Archives

juin 2017

Je ne cesse de le dire depuis que je suis rentrée : Dakar est vraiment une ville africaine dans laquelle je pourrais vivre. Une ville côtière (très bon point) à la fois paisible et dynamique, dans laquelle il fait bon vivre. Tous les locaux que nous avons rencontré nous ont chaleureusement accueilli et aidé à trouver nos marques. Mon jugement est très probablement biaisé par le fait que mon séjour à Dakar, c’était les vacances. Nous n’avions aucun impératif, aucun rendez-vous, et avons décidé des lieux qui nous intéressaient relativement à l’avance pour être stress-free pendant le voyage.

Où séjourner à Dakar ?

Pour la première partie du voyage, nous avons résidé à l’hotel Casa Mara, un petit écrin de verdure organisée de sorte qu’on s’y sent comme à la maison. Le personnel est accueillant et très serviable. Petit déjeuner dans la cour, ou au bord de la piscine, à la cool et à votre convenance. Nos chambres étaient spacieuses et plutôt bien équipées. Si vous voulez un hotel abordable, propre et bien tenu, je vous recommande celui là, pour l’avoir testé et approuvé.

 

 

Les + : la proximité avec les principaux quartiers de Dakar | Le prix
Les – : comme je n’en ai pas trouvé, je vais mentionner le chien errant qui me faisait une peur bleue tous les jours, et la marrée de sable qui mène aux voies principales : pas cool quand on est en talons.

Coucher de soleil et Afrohouse au Radisson Blu

Parce que je n’y ai passé que de délicieux moments. Pour se détendre ou pour un encas entre filles, la terrasse du Radisson Blu Dakar est un lieu rêvé. Côté qualité de service, le personnel est disponible, efficace et très prévenant. Ce jour là, j’étais curieuse de découvrir leur sélection de vins, j’ai littéralement foncé sur la page. Dès que je l’ai lu, j’ai su : ce vin blanc de Cape Town, pour accompagner le plus fondant des mi-cuits (une tuerie!).


Le Monument de la renaissance Africaine

« Jeune d’Afrique et de la Diaspora, si un jour tes pas te portent au pied de ce monument, pense à tous ceux qui ont sacrifié leur liberté ou leur vie pour la renaissance de l’Afrique. »

monument de la renaissance africaine

Un lieu qu’il me tardait de voir et qui ne m’a pas déçu : le monument de la renaissance Africaine. C’est une gigantesque réalisation en bronze qui surplombe la baie de Dakar, et représente un homme, une femme et un enfant, faisant face au soleil. Un bel endroit dont je n’ai malheureusement pas beaucoup de photos. La veille de notre départ, nous avons assisté à l’inauguration du rooftop du monument : je peux vous le garantir, la vue est sublime !

DKR, la nuit

Les clubs et bars les plus « en vue » de Dakar sont quasiment tous concentrés dans le quartier des Amaldies, sur la route de la Corniche. J’en ai testé plusieurs, mais celui dont je garde les meilleurs souvenirs, c’est le Vogue, et ça a plus à voir avec les performances réalisées avec J&theband. De manière générale, j’ai trouvé que les soirées dakaroises manquaient de ce je ne sais quoi, cette petite étincelle qui fait monter le turn-up au niveau supérieur. La musique était variée et se rapprochait pretty much de ce sur quoi j’aime danser, mais je crois que les soirées en club dépendent beaucoup de l’enjaillement collectif du public. Qu’à cela ne tienne, nous avons passé de très belles soirées à Dakar. Petit bémol cependant : écouter Work semble être une mission suicide dans ce dehors. Quel dommage.

Sinon…

Je retournerai à Dakar déjà parce qu’une amie y vit et que de ce fait, j’aurai toujours un toit au dessus de ma tête. Ce voyage m’a laissé un goût d’inachevé, à chaque fois que je commence à m’acclimater quelque part je n’ai plus envie de partir, j’ai toujours l’impression qu’il y a plus à voir et à apprendre. Malheureusement, nous n’avons passé que peu de temps à Dakar puisque le voyage comprenait aussi une retraite à Sally. Ce n’est que partie remise, j’ai toute une vie pour visiter l’Afrique en long et en large.

J’espère que nos aventures vous ont donné envie de découvrir le Sénégal à votre tour. Si vous avez déjà visité des pays Africains, lequel me recommandez-vous pour mon prochain voyage en Afrique ?

Merci à Jeannie, et Audissey. 📷

Rendez-vous sur Hellocoton !

Pour l’avant dernière partie de ce voyage en terre de la Teranga, je vous présente des femmes qui ont rendu cette expérience inoubliable. Ce sera également l’occasion de vous parler de cette rencontre avec des blogueuses sénégalaises, rencontrée lors d’un évènement autour du cheveu crépu dès le lendemain de notre arrivée. Le rendez-vous était au Parc Zoologique de Hann, un endroit dont je suis littéralement tombée amoureuse.

Merveilleux endroit pour faire connaissance avec Dakar n’est-il pas ?

 

Quand Nathalie nous a parlé de cet évènement, j’imaginais un brunch dans un joli jardin avec un tour de table, c’était sans compter sur le fait que Nathalie, un peu comme moi, a toujours plus d’un tour dans son sac. Le parc zoologique de Hann, c’est la bonne surprise que j’avais zappé dans ma liste des choses à voir à Dakar. C’est vert, calme et isolé, non loin d’un lac, on peut y déjeuner pour travailler au calme ou plonger dans un livre : il y a une place idéale pour tout, et c’est tout ce que j’aime.

Le mood du voyage était lancé : la vie cool, la vie douce !

C’est dans ce décor que nous avons rencontré nos hôtes du jour : Amy, Agnès et Fatou, trois blogueuses et youtubeuses qui font bouger les lignes à Dakar par leurs initiatives en faveur d’une meilleure approche du cheveu crépu. Le rendez-vous du jour, c’était la Rencontre Afro de Dakar, ou Hair in Real Life. Une réunion autour du cheveu crépu au cours de laquelle les abonné(e)s du Pad se rencontrent et échangent sur leur parcours capillaire, et de nombreux autres sujets. De jolies rencontres donc, et une bien belle manière de découvrir la marque Adaa Ada, des produits 100% naturels pour toutes les textures de boucles.

« Le cheveu crépu se démocratise, certes, mais (…) le travail d’éducation autour de son entretien est colossal »

J’ai beaucoup apprécié ce moment pour la bienveillance avec laquelle chacune de nous s’écoutait. Chaque parcours était inspirant à sa manière, et m’a convaincu que ces échanges sont nécessaires. Le cheveu crépu se démocratise, certes, mais je suis bien placée pour savoir que le travail d’éducation autour de son entretien est colossal. Eduquer pour faire normaliser, se rassembler pour en parler, se complimenter et partager, pour se rappeler que nous sommes belles avec notre nuage de boucles. Parce que oui, porter son cheveu naturel n’est pas toujours une partie de plaisir. Les micro agressions ou remarques désobligeantes pourraient nous donner l’impression que la vie serait plus simple si l’on se résignait à rentrer dans le moule : ce monde parallèle où chacun se donne le droit d’avoir un avis sur la façon dont nous devrions les porter. Ne parlons même pas de la question du cheveu crépu en milieu professionnel et des collègues qui « te préfèrent » avec tel ou tel type de coiffure. Ces situations que nous vivons parfois difficilement, et seules, méritent d’être partagées et discutées avec des personnes qui savent de quoi il est question. Pour se souvenir que nous seules décidons de la manière dont nous voulons porter nos cheveux. C’est nous qui les portons, et au cas où ça ne serait toujours pas acquis, nos coiffures fascinantes n’ont aucune influence sur la qualité de notre réflexion.

Vous vous sentez dépassée par votre volume ou texture et ne savez pas quelle routine adopter ? Il existe un petit manuel, pour ça.

 

Le Casting

Dakar, jour 1 : Parc zoologique de Hann.

Andrée, family.

Andrésia, qui s’assure que tout va bien pour tout le monde, comme toujours.
Léna, calme et observatrice, la force tranquille (demandez aux taxis de Dakar)
❤️

Le rire de Nathalie, à la question « que pensez-vous d’Ibubu ? » 😂

 

Le sourire de Malicka, mon petit soleil 😍


Jee
, jour 1 c’est déjà lo feu. 🔥

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !