Une journée à la Natural Hair Académy

  • nha-314
  • natural-hair-academydsc_0011
  • natural-hair-academydsc_0020
  • natural-hair-academydsc_0016
  • natural-hair-academydsc_0092
  • natural-hair-academydsc_0093
  • natural-hair-academydsc_0067
  • natural-hair-academydsc_0030-1
  • natural-hair-academydsc_0036
  • nha-193
  • natural-hair-academydsc_0030
  • natural-hair-academydsc_0083
  • natural-hair-academydsc_0100
  • natural-hair-academydsc_0059
  • natural-hair-academydsc_0046
  • natural-hair-academydsc_0099
  • natural-hair-academydsc_0091
  • natural-hair-academydsc_0101
  • nha-089
  • nha-319
  • nha-345

Aujourd’hui je me suis motivée à rédiger ce post parce que j’avais complètement oublié de vous raconter : j’ai participé à ma première Natural Hair Academy. C’était ma première fois, et j’ai trouvé ça tellement bien. Je n’y étais jamais allée avant parce que – et j’ignore comment j’ai réussi à m’en convaincre – je pensais que c’était un rendez-vous exclusif de super nappys qui savent tout sur le cheveu donc je ne voulais pas me retrouver comme un cheveu sur la soupe (genre que fait cette mortelle au milieu de nous déesses de la boucle luisante). Moi je suis plutôt du genre à assurer un service minimum quand il s’agit de mes cheveux, et ils me le rendent bien : aussi avais-je donc décidé de ne pas y aller cette année non plus. Sur invitation de Nath‘ à l’aider durant cette journée pour promouvoir Le Petit Manuel du Cheveu Crépu, j’ai cédé, découvert et me suis beaucoup émerveillée.

Des femmes magnifiques arborant fièrement leurs coiffures et cheveux libres, de très jeunes filles avec les yeux qui brillent, des marques que j’étais ravie de découvrir, et nous. Nous étions là pour vendre Le Petit Manuel Du Cheveux Crépu, que Nath‘ a écrit pour que petits et grands comprennent et aiment leurs cheveux tels qu’ils sont. Elle y explique les différents types de textures de cheveu, les bons gestes pour que le démêlage se passe en douceur, et de nombreuses autres informations clé pour débuter. Echanger avec les clientes de Nath pendant cette journée m’a juste convaincu que le travail d’éducation autour du cheveu crépu est nécessaire. Pour déconstruire la légende selon laquelle ils ne seraient ni beaux, ni « faciles », ni professionnels, ni « assez bien », il faut aimer ses cheveux tels qu’ils sont. Et pour les aimer tels qu’ils sont, il faut comprendre ce qu’ils sont, comment faire ce qu’on a envie de faire, quels produits nous facilitent la vie, et quels gestes sont à éviter selon nos objectifs. Certaines personnes ont des objectifs de pousse, d’autres souhaitent avoir des boucles mieux définies. Atteindre l’un ou l’autre demande un minimum de connaissances et de la patience, beaucoup de patience.

J’ai discuté avec des mamans désespérées de ne pas réussir à coiffer leurs petites filles comme de petites princesses parce qu’elles ne savent pas y faire avec leurs textures de cheveu, et ça m’a rendu triste parce qu’on connait tous quelqu’un à qui on n’ose pas donner de conseils à ce sujet. Des mamans qui déplorent le harcèlement que subissent leurs enfants à l’école parce qu’ils ont des cheveux « différents« , les remarques du style « dis à ta maman de te coiffer demain » pour un afro un peu trop libre. J’ai aussi croisé des personnes de mon âge qui selon elles « aimeraient beaucoup avoir le courage » de revenir au naturel, mais « ça demande trop d’entretien« , et puis « tes cheveux à toi sont soignés, les miens sont trop durs« … A celles là, je ne sais jamais quoi répondre.

Est ce que ça demande du courage ? Je ne le vois pas comme ça.  J’ai été une jeune fille aux cheveux défrisés, mi-long et lisses une bonne partie de ma vie, donc quand j’en ai eu assez, je suis passée à la femme que je voulais être au moment de mon big chop. C’était donc une envie. Je l’ai fait parce que j’en avais envie, je trouvais fascinantes ces photos de ces femmes bouclées, crépues et renversantes. J’voulais en être une. Aujourd’hui encore il arrive que j’ai envie d’autre chose : d’être une sirene péruvienne ou d’arborer une cascade de tresses, et je ne me suis jamais sentie traitre à aucune cause. Chaque femme décide de ce qu’elle veut être ou renvoyer, à la cool, et c’est comme ça que ça marche pour moi. J’avais envie de devenir cette femme, et je m’en suis donné les moyens, j’ai appris et j’ai été patiente, pas dans l’attente. De grâce si vous n’osez pas revenir au naturel parce que vous pensez que ça demande trop d’entretien, dites vous qu’un cheveu dénaturé demande plus d’entretien qu’un autre. Si au contraire vous ne le faites pas parce que la femme que vous êtes actuellement vous satisfait, go ahead : your body your rules ! Tout ce qui importe est de prendre soin de vous. Nul besoin de multiplier les excuses pour pas faire le pas. Si vous n’êtes pas prêtes, dites le vous honnêtement et donnez vous le temps.

Le Petit Manuel Du Cheveu Crépu n’est peut être pas la solution miracle qui va remettre les choses à leur place, mais je sais qu’il peut jouer un rôle dans le processus d’acceptation. Il peut redonner le sourire à une petite princesse dans la cour de son école, il peut rassurer une maman qui n’a pas confiance en elle. Si vous souhaitez vous le procurer il y a des liens un peu partout dans le post pour se rendre sur le site.

Cette journée était aussi l’occasion de découvrir l’écosystème de la beauté noire en France et de découvrir ce que les marques présentes avaient à proposer. Au milieu de mes coups de coeurs, la marque ORS, pour laquelle la sis Jeannie animait avec d’autres blogueuses un atelier sur la confiance en soi. Ambiance excellente de bout en bout puisqu’on a eu l’occasion de fêter ça lorsque le salon est passé en mode festival le temps d’une soirée. Merci encore à celles qui se sont rendues au salon uniquement pour visiter notre stand.

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Keiry MOUNIEVOU

25 ans. Storyteller. Etudiante en Master de Marketing Digital à l'Ecole de l'Internet et de la Télévision. Raconter, capturer et partager le monde tel que je le vois, avec des mots, souvent.

Related Posts

Discussion about this post

  1. […] à se demander si notre ange gardien n’est pas proche du burn-out à bosser autant. De la NHA au dernier clip de TAL en passant par ce mémoire dont je ne voyais pas le bout et qui deviendra un […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *